Courriel

Mot de passe

Mot de passe perdu?
 
Me connecter avec Facebook

La course à obstacles du jeune entrepreneur

Avant de lancer une entreprise, il faut prouver qu’on sait dans quoi on s’embarque à une foule de gens : famille, banquier, clients potentiels et… soi-même! Voici comment répondre à ceux qui pourraient semer le doute en vous.

(plus d'informations sur le site du secrétariat à la jeunesse)

Je doute de ma compétence à mener mon projet à bien

Pour lancer une entreprise, il faut être conscient de ses peurs et de ses limites. Souvent, c’est quand quelqu’un se croit trop bon que ça devient dangereux.

Le doute indique parfois qu’avant de te lancer, ça vaudrait la peine de consulter un professionnel d’aide aux entrepreneurs pour vérifier ton projet ou ta façon de faire les choses. De cette façon, tu pourras savoir s’il y a des éléments à rectifier. Petit extra : ces conseils sont tout à fait gratuits!

Il faut savoir s’entourer de personnes qui peuvent combler nos faiblesses. En affaires, bien s’entourer, c’est la clé de la réussite.

Ma famille tente de me décourager

La famille constitue souvent le public le plus difficile à convaincre, car, contrairement au banquier, son jugement est teinté d’émotivité. Les parents tentent souvent de protéger leurs enfants qui veulent s’aventurer dans un domaine où le succès n’est pas garanti.

Tout en écoutant leurs arguments de façon objective, tu peux souligner que c’est quand on est jeune et sans enfants que la tolérance au risque est la plus élevée.

C’est aussi une excellente épreuve; un entrepreneur ne peut se laisser décourager par les commentaires négatifs qu’il reçoit. Plusieurs se font refuser six ou sept fois avant d’être accepté/choisi/approuvé.

Mon banquier ne me prend pas au sérieux

Un banquier ne dit pas non par plaisir, mais les partenaires financiers qui peuvent aider au démarrage d’une entreprise sont généralement très conservateurs. Il faut présenter un plan d’affaires complet et avoir fait une étude de marché qui montre que notre idée est viable et liée à un secteur prometteur.

Tu dois démontrer que tu sais de quoi tu parles, que tu as fait tes devoirs.

Les conseillers en démarrage et les CLD peuvent aider à revoir un plan d’affaires ou une étude de marché et à préparer une rencontre avec un banquier. Ce dernier prendra aussi en considération tout financement déjà obtenu (subventions, mises de fonds, lettres d’intention, investissement d’un entrepreneur ou intervenant respecté.)

Mes clients potentiels me trouvent trop jeune

Toute entreprise a besoin de clients pour survivre.

Par contre, certains clients potentiels pourraient hésiter à vous faire confiance en raison de votre jeune âge. Il faut faire valoir les beaux côtés liés à la jeunesse, tels le dynamisme, l’innovation ou la créativité; des qualités qui séduisent beaucoup.

Une jeune entreprise, qui fonctionne avec une petite équipe, offre généralement plus de flexibilité qu’une multinationale contrainte par une certaine lourdeur administrative – « c’est plus facile de faire tourner une voiture ou une moto que de faire tourner un train. » Une plus grande souplesse dans les délais de livraison ou la possibilité de combler des besoins particuliers peut permettre au jeune entrepreneur de se démarquer de la concurrence.

Ma publicité ne m’amène pas de clients

En publicité, il faut viser le plus précisément possible, ta clientèle cible ne peut pas être « tout le monde ». Un service de réparation d’articles de plein air à Sherbrooke, par exemple, devrait s’adresser aux jeunes de 15 à 25 ans qui vivent en Estrie et pratiquent des sports à l’extérieur, et non à tous les Estriens.

En ciblant plus spécifiquement, non seulement tu augmentes tes chances de succès, mais tu dépenseras probablement moins. Small is beautiful.

Partenaires : des associations avec des entreprises qui offrent des services complémentaires aux tiens (un imprimeur dans le cas d’un graphiste, par exemple) peuvent contribuer à offrir un rayonnement à une nouvelle entreprise.

Enfin, ne confondez pas la publicité avec la vente. Il est plus facile de placer une pub que de demander à quelqu’un, face à face, de faire affaire avec toi. Parfois, la publicité t’apporte un client potentiel, et c’est toi, l’entrepreneur, qui doit « fermer » la vente.